Des heures de bien-être

Assit sur le bout du cap de roche,les pieds pendant dans le vide, je profite enfin du moment. Je sent le vent me fouetter le visage, je vois l'immensité de la vie devant moi, je goûte à la liberté, j'écoute le silence de la nature. Je me retrouve avec moi-même, je suis capable enfin de me démêler la tête un instant, de m'apaiser le cœur un moment. 

Revenir en Abitibi-Ouest m'a ramené près de la nature, m'a ramené au calme. Même si j'habite la ville, ça me prend que quelques minutes et je suis déjà dans la nature. Je prends un rang de terre, je prends un sentier de motoneige, je prends le large d'une rivière, je prends le bord du lac, peu importe, je me retrouve toujours en tête-à-tête avec la forêt, les champs, les cours d'eau.

Ici, la ville partage son espace avec la campagne, avec l'essence naturel, avec la grande tranquillité. Ici, il n'y a pas de building pour détruire nos espaces verts à tout moment, il n'y a pas de grandes cheminées d'usines pour polluer sans cesse nos forêts, nos sentiers, nos ruisseaux. La plupart de nos endroits naturels, ne serait ce qu'un petit sentier, sont entretenus, sont fait pour être profitables pour tous, peu importe l'âge,

Ici, il y a la nature près, il y a le calme, il y a l'air pur, il y a des heures de bien-être.

Ici, c'est mon Abitibi-Ouest!

Noémie Richer
La Sarre, Mars 2018

audreymaude chasseespace